lundi 13 juillet 2009

Réponse du berger à la bergère


10 commentaires:

David a dit…

Merci, j'apprécie le temps que tu as pris pour faire ça (et en plus c'est bien foutu (merde, j'ai utilisé le verbe "être")), mais tu es encore un poil à côté de la plaque (la plaque de mon propos, pas la plaque en général).
Tu as peur de perdre un peu de ta santé mentale en répétant la même chose, mais surtout ne le fait pas, puisqu'à chaque fois que tu répètes la même chose, tu ne réponds pas à ce que je dis (d'où l'espèce de dialogue de sourds qui s'installe sur le sujet: je dis un truc, tu me réponds sur un autre point, je redis le truc original, histoire que tu vois que tu as répondu sur l'autre point, mais tu me refais la même réponse, j'essaie une troisième fois, et vlan, pour la troisième fois tu ne réponds pas à mon propos puisque tu as dit la même chose que les deux fois précédentes, etc, etc...

Et si tu te focalisais moins sur le "c'est de la merde" qui est je l'avoue un raccourci pour aller droit au but, n'ayant pas le temps de te pondre les 12 pages qui expliquent le pourquoi du comment de la chose, et espérant que tu fais assez confiance à mes compétences narratologiques pour comprendre que d'accord ou pas avec moi, mon jugement n'est pas forcément fait à l'emporte pièce...

Donc ce que je te propose, c'est que tu passes outre le "c'est de la merde" une bonne fois pour toute, et que dans quelques jours, à tête reposée, tu relises mon mail de hier, et tu verras qu'il y a peut-être un ou deux trucs à en tirer dedans...

Parce que là, du coup, c'est moi qui passe pour un boulet, et mon propos est quand même assez loin de celui que tu décris... (et puis si tu veux parler d'autre chose, histoire de, je suis sûr que tu as des e-mails de retard quelque part). ;-)

Le Responsable a dit…

"The ventrue uses Dodge to escape Point

The ventrue gains +1 Dodge"

Tu vois, le problème est là:

"Et si tu te focalisais moins sur le "c'est de la merde" qui est je l'avoue un raccourci pour aller droit au but"

Quand tu dis "c'est de la merde" et que les gens le prennent mal, le problème n'est pas du côté des gens.

Quand tu le répètes dès que le sujet se pointe quelque part, encore et encore, à des gens qui savent ce que t'en pensent et qui aiment quand même, c'est lourd.

Je sais que ta grille d'analyse de la chose écrite - et, par extension et dans une moindre mesure, filmée ou dessinée - n'est pas simpliste et étriquée. Elle est complexe, fruit d'une longue réflexion personnelle zet académique. Mais on parle d'un domaine qui n'est pas figé et transcendant: l'art.

Dans ce domaine, excuse-moi, mais chacun a le droit et le devoir de construire sa propre grille de lecture, et la possibilité de la pousser aussi loin qu'il le désire, ou pas. Dans ce cadre, une discussion sert à faire partager des choses, à ouvrir des horizons entre personnes.

Là, tu ouvres le bal avec "c'est de la merde". Ce qui est pratique, du coup: on sait que c'est ce que t'en penses, et on sait que tu ne changeras pas d'avis. Du coup, on sait aussi que si une conversation s'ensuit, elle sera bien à sens unique: toi, campé sur ta position immuable car attribuée à l'objet et non pas à ton rapport avec elle, contre nous, le monde incrédule que tu te dois de convaincre.

Est-ce que c'est étonnant de fuir un prêche contre un truc qu'on aime bien et qu'on sait à sens unique? J'appelle ça du bon sens.

Le Responsable a dit…

Il ne s'agit pas que de Boulet. L'incident n'est pas neuf. Et tu sais quoi? C'est une attitude qui, dans d'autre contexte, m'est admirable. Je veux dire, imagines que tu ait cette verve et cette passion pour un truc important et vital, comme la laïcité d'un gouvernement démocratique ou la nécessité critique d'un accès à l'éducation et aux soins de santé pour tous. Un truc qui a des effets et des conséquences extérieurs, observables et vitaux. Un truc qui sauve des vies et rendent le monde matériellement meilleur.

Mais là, tu casses les genoux à des gens pour un blog bédé. Tu sais: un objet artistique. Un truc qui s'analyse pas seulement à travers l'objet en soi, mais aussi et surtout à travers le rapport entre l'objet et son public. Ce lien entre public et oeuvre, ce ressenti esthétique, émotionnel et intellectuel qui n'appartient qu'à celui qui profite de l'oeuvre en question.

Le fait que chacun réagisse différemment face à un objet artistique, c'est génial, tu sais. C'est ce qui fait la force de l'art. C'est précieux, c'est personnel. C'est POUR CA que c'est intéressant de discuter d'art et de son ressenti.

Quand tu dis "c'est de la merde" tu parles de ton ressenti, mais soit tu l'ignores et tu penses que c'est vrai, objectif et universel, soit tu le mets en forme de façon à ce qu'on comprenne bien que c'est sans appel. Et désolé, pour que je te croies, il faudra plus que ta parole.

Or, Boulet, dans les faits, je le trouve bon. Quand tu m'invoques ses prétendus défauts, moi, sorry, je les vois pas. Et, désolé de te faire mal, mais ta grille d'analyse est sûrement plus poussée, plus complexe, plus raffinée et plus subtile que la mienne, mais elle n'en est en aucun cas meilleure. Aucune ne l'est.

Donc non, je vais pas relire ton mail d'hier. Enfin si, sûrement, mais je vais pas y répondre. J'ai pas envie. J'ai déjà entendu tes arguments, j'y ai déjà répondu, j'ai l'impression de parler à un mur et j'ai pas envie de parler de Boulet avec toi dans ces circonstances.

C'est pas grave, je suis pas fâché, et tout reste comme avant. Faut accepter ça, tu sais. Perso, tu pourras tenter tout ce que tu veux, mais t'arriveras pas à me convaincre que Fast & Furious : Tokyo Drift c'est un "bon film". Je l'aime pas, je le trouve mal fichu et le sujet m'en touche une sans faire bouger l'autre. Mais c'est pas pour ça que je vais traiter ceux qui aiment comme des untermenschen.

David a dit…

Le truc c'est pas que je veux que tu entendes mes arguments, c'est même pas d'essayer de te convaincre, mais c'est que je veux entendre tes arguments, depuis la première fois que tu m'as dit "Boulet, j'aime bien" c'est ce que je te demande.
Et tu m'as répondu "graphisme, mise en scène, tout ça", j'ai dit OK, mais j'ai rajouté: ce qui me gêne c'est pas ça chez lui c'est son propos nul (nul dans le sens quantitatif) et tendant vers la médiocrité, et tu m'as répondu "graphisme, mise en scène, tout ça", et c'est à partir de là qu'on a commencé à tourner en rond.

Donc je le répètes; je ne veux pas que tu entendes mes arguments, je sais que tu les as déjà entendus, je veux même pas essayer de te "convertir", je veux juste essayer de comprendre ce que tu lui trouves, pas d'un point de vue graphiste, mais d'un point de vue propos de la chose. C'est la seule chose que je te demande depuis mon e-mail d'il y a trois jours, voire même avant ça.

Le Responsable a dit…

Bon. Ce que j'aime chez Boulet? C'est son talent d'illustrateur, sa science du découpage, son art de mettre en scène une situation et le fait que c'est un blog bd foireux et que donc, il se permet d'essayer des trucs tout le temps, ce qui permet d'avoir des tranches de vie, des réflexions personnelles, des histoires complètes, du passage de nerf, du fanart et ce genre de brol.

Son humour me fait rire, ses références sont les miennes, je jalouse sa patte et si tu trouves qu'il parle de rien on a pas dû lire le même.

C'est pas le retour du Christ non plus, mais je trouve ses planches bonnes plus souvent que nulles.

Tu remarqueras que ça, je l'ai déjà dit sous une forme ou une autre depuis le début de la Bouletmania.

C'est bon comme ça?

Frank a dit…

Puisqu'il s'agit manifestement du passage d'une discussion de coulisses à la scène publique, est-ce qu'on peut vous demander de publier une copie du mail original qui pose problème, avec l'accord de David ?

Parce que bon, les commentaires aux articles de ce blog prenant systématiquement la forme d'un dialogue assez fermé entre les deux mêmes intervenants, on a un peu l'impression qu'il n'y que David comme lecteur, ce qui est dommage, parce que c'est sans doute pas le cas, mais si d'autres lecteurs se retiennent de commenter, c'est peut-être parce que comme moi ils hésitent à interrompre ce qui ressemble de plus en plus à une discussion matrimoniale sur le coin de l'oreiller.

Je veux dire, ici le sujet du débat est tellement privé et le dialogue tellement fermé et sourdingue que le processus devient caricatural, et c'est peut-être la raison pour laquelle je me permets justement d'intervenir. Sans vouloir déranger. Ni même vexer.

S'il s'agit juste de savoir qui a voulu dire quoi, comment, et pourquoi est-ce qu'on ne se comprend pas, je ne vois pas pourquoi vous l'exposez ainsi à la face du web, parce que là, le nombre d'intervenants pouvant potentiellement enrichir le débat s'estime grosso modo à deux personnes (et encore, j'arrondis).

Alors si vous êtes d'accord d'arrêter deux minutes l'exhibitionnisme, vous pouvez décider de reprendre le débat au temps, à un point de la partition où bien plus d'instruments peuvent intervenir, à savoir, si je ne m'abuse : "Boulet est-il de la merde ? Oui/Non. Justifiez votre réponse."

A vous de voir. Après tout c'est votre discussion. On ne voudrait pas vous la car-jacker non plus...

Le Responsable a dit…

Non mais oui, en fait. A la base j'étais parti pour quatre cases, et puis les choses ont pris de l'ampleur et voilà. Au final, avec deux planches et demies, je me suis dit que ça serait con de ne pas le montrer.

C'est moins une réponse à un mail en particulier qu'une réaction à un phénomène large et diffus: Dave a squatté pas mal de commentaires facebook récemment sur le sujet, et ce n'est qu'une redite d'un phénomène qui se passe une ou deux fois l'an: on dit du bien de Boulet en présence de Dave, Dave enchaîne sur "mais vous vous rendez pas compte, c'est de la merde, ce type ne raconte rien, qu'est-ce que vous lui trouvez." Les gens sont gonflés et s'arrêtent de discuter. Dave réplique par "ben quoi, expliquez-moi, alors", wash, rince, repeat.

Alors oui c'est super-perso, mais je pense que ça peut être drôle sans contexte particulier. Je devrais peut-être retravailler l'intro et la fin pour rendre le bodule plus générique, genre une réponse anti-trolling par défaut.

Fyly a dit…

j'adore quand vous parlez tous les deux... je pourrais prendre du popcorn et un carnet pour prendre des notes.

Le Responsable a dit…

Woah. Trois visiteurs dans les commentaires. Bougez pas, je sors le mousseux.

Raf a dit…

Et de quatre, et j'ai tout lu, je le jure